• LM

Le rêve d'un métier


On me questionne souvent sur le parcours qui m'a amené à créer un jardin médicinal et à faire de la cueillette de plantes sauvages. Il y a tout d'abord un rêve d'enfant, celui de devenir herboriste. Mais comment exercer un métier qui n'existe plus ?

Pendant mes études de biologie, écologie et évolution, j'ai eu l'immense chance de pouvoir travailler au sein du laboratoire de Botanique et Modélisation de l'Architecture des Plantes et des végétations : UMR-AMAP de Montpellier (http://amap.cirad.fr/fr/index.php) en collaboration avec le Centre d'Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (http://www.cefe.cnrs.fr/fr).

De cette grande passion pour la biomécanique (l'étude des propriétés mécaniques des plantes) et les forêts tropicales ont découlé deux principales publications (Article 1, Article 2). Ces articles traitent de l'évolution en lien avec la domestication du manioc : quels traits de l'architecture mécanique ont été modifié par la domestication ? Quel impact sur la plasticité phénotypique? Le manioc est-il un arbuste ou une liane ?

Pour cela j'ai travaillé en Guyane (zones de forêts dense et de savanes) et au Brésil (Rondônia) pour étudier plusieurs espèces proches : l'espèce sauvage du manioc et de proches cousins. Parallèlement j'ai collaboré à plusieurs projets d'inventaires botaniques au Venezuela (Sierra de Lema) et des projets d'éco-ingénierie (stabilisation des pentes en Chine, étude des propriétés mécaniques des racines).

Par la suite, je me suis orienté vers les sciences sociales pour faire une spécialisation sur les liens entre l'Homme et la Nature. Ainsi, j'ai travaillé en collaboration avec l'IRD sur les agroforêts cacaoyères dans la forêt équatorial du Cameroun où j'ai réalisé une étude comparative de la structure agroforestière chez deux ethnies voisines, les Mvaé et les Ntumu. Cette étude questionnait l'impact des changements socio-économiques de la région (création d'un parc national, construction d'un barrage, ouverture de nouveaux marchés transfrontaliers) sur les activités (chasse/pêche/production vivrière/production de cacao) dans ces zones et l'impact de ces changements sur la structure des agroforêts cacaoyères (densité des arbres, inventaires botaniques, utilisation d'intrants). Ces données ont été publiées au colloque d'agroforesterie au Kénia en 2009.

Suite à ces travaux j'ai enchainé les contrats de rédaction de synthèses scientifiques :

- Synthèse sur l'agroforesterie en centre-Afrique pour l'IRD

- Effets de l'exploitation forestière faible impact pour AgroParisTech

- Rédaction de supports de formation pour ONF international.

J'ai également réalisé des inventaires botaniques en zone méditerranéenne pour différents projets routiers.

Ces expériences très riches ont constitué un socle de connaissances écologiques solides en botanique.

Par la suite j'ai eu la possibilité de m'installer sur des terrains familiaux en friches depuis 20 ans au coeur du massif des Maures. Cette opportunité m'est apparue comme un moyen de mettre en pratique mes conceptions de l'écologie en lien avec l'agriculture. Cette vision a notamment été alimentée par mes expériences dans les milieux tropicaux où la notion même de champs et de zone agricole ainsi que les liens avec la forêt sont forts différents de notre conception. Pour réaliser mon projet de cultures de plantes médicinales et aromatique, j'ai défriché, et mis en culture une surface qui atteint 5000 m carrés pour le moment. J'ai installé une serre pour réalisé les semis et cultiver des plantes médicinales plus sensibles au froid. Aujourd'hui je cultive et cueille près de 40 espèces que je commercialise sous formes de tisanes de plantes simples, de compositions et bientôt de teintures mère et macérats huileux. J'expérimente des techniques de sélection de plantes sauvages pour en augmenter la densité avec succès (sureau, ortie, houblon) et travailler de concert avec la nature pour développer une activité respectueuse de l'environnement.

Mes produits se retrouvent dans des boutiques proches de mon lieu de production et sur certains salons spécialisés de la région. J'anime également des ateliers d'herboristerie pour parler des plantes médicinales et de leur culture

#Domestication #Science #Manioc

Mentions légales

 

erbiero

273 Vieux chemin de magnan 83310 Cogolin

SIRET 524 401 908 00024

Certifiée par FR-BIO-01 N° certificat : 83/120816/352102

TVA intra communautaire FR81524401908

 

erbiero est une marque déposée, les images sont soumises à droits d'auteur, tous droits réservés

.

  • Icône social Instagram
  • Facebook Basic Square